Les pratiques RH ne cessent d’évoluer au fil des années et 2018 n’échappe pas à la règle. Cela implique donc des changements dans les méthodes utilisées par les acteurs clés impliqués sur le processus de recrutement, afin de rester toujours efficaces dans leurs missions. Il est donc important de connaitre les tendances RH concernant cette année…

1 — L’externalisation du recrutement, de plus en plus sollicité dans un marché de plus en plus concurrentiel

L’année 2017 a montré d’énormes progrès et d’excellents résultats pour les cabinets de recrutement, et cette tendance n’est pas près de s’arrêter en 2018. Ainsi, de plus en plus d’entreprises feront appel aux services de spécialistes dans l’externalisation du recrutement pour dénicher les candidats de valeur. Cependant, les tâches de ces derniers se seront beaucoup plus ardues cette année.

Dans un marché hautement concurrentiel, faire appel à ces professionnels qualifiés permettent aux entreprises de déléguer les phases chronophages comme la rédaction et la diffusion des annonces, le tri des candidatures, les entretiens, etc. L’externalisation est aujourd’hui un moyen efficace qui permet aux sociétés de mieux se concentrer sur leur coeur de métier. En effet,  outre le recrutement, elles confient les missions comme la gestion des bases de données, les saisies et le centre d’appels à des prestataires qualifiés comme le BPO Madagascar. Pour en apprendre davantage sur les prestations de celui-ci, cliquez ici.

2 — L’automatisation sera plus importante notamment dans le traitement des tâches à faible valeur ajoutée

Les nouvelles technologies ne cessent d’investir l’environnement de travail, et c’est une bonne nouvelle en matière de ressources humaines. En effet, elles permettent d’automatiser et de numériser les missions à faible valeur ajoutée. Cela contribue à focaliser l’intervention humaine sur les sections à forte valeur ajoutée du processus RH. Il s’agit d’une tendance de fond qui ne s’applique pas uniquement à cette année 2018. Elle sera toujours valable au fur et à mesure de l’évolution des technologies.

Différentes solutions permettent maintenant de mettre ce processus d’automatisation en place. Pour cette année 2018, ce dernier concernera surtout l’étape d’identification des profils dans le sourcing. Les outils disponibles seront toujours plus précis et se baseront non seulement sur des programmes informatiques de matching, mais également sur la sémantique. De plus, l’automatisation peut aussi s’appliquer au stade de préqualification, notamment avec des questionnaires en ligne par l’intermédiaire de test (QCM) ou d’entretiens vidéo.

Ainsi, l’intervention humaine sera présente dans les parties qui demandent de la profondeur dans les relations et nécessitent de l’adaptation et non une répétition. Cela concerne, notamment, l’identification des besoins ainsi que des différents enjeux pour ce qui est des activités de l’entreprise. Cela est également le cas dans la phase de transformation du point précédant en stratégie de sourcing. Par ailleurs, l’intervention humaine restera toujours cruciale lors de l’évaluation et de l’embauche des candidats.

3 — Encore plus d’effort dans la création d’un environnement de travail sain et engageant

Cette année, éviter le stress et le burnout des collaborateurs est un défi et même une priorité pour les entreprises. Pour cela, trois points essentiels doivent être pris en comptent :

  • Un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée
  • De la souplesse dans l’exercice de son métier
  • Un feedback aussi constructif que possible

Diverses approches permettant le travail à distance comme le homeworking ou le coworking prennent plus d’envergure. Ainsi, durant ces trois dernières années, on a observé une croissance de 14 % du nombre d’employés qui ont pu tirer parti du télétravail chez les « Top Employers France ». De plus, 70 % de ces derniers ont mis en place les espaces dits « Flex workplace » dans leurs locaux. Tout cela leur a permis de recevoir des retours positifs de la part de leurs salariés, quant au bien-être perçu par ces derniers.

Par ailleurs, donner et recevoir du feedback tient une place essentielle dans la politique RH de 2018. Les questions seront plus axées vers l’avenir, pour plus d’efficacité. Comment les employés se voient-ils dans un an ? Quels sont leurs objectifs d’ici un an ? Quelles responsabilités peuvent-ils prendre au sein de l’entreprise ? Ces différentes questions impliquant coaching et développement seront au centre de l’approche RH pour cette année.